Blog Emplois Pros

Les objectifs de la catégorie hobbies :

Le rôle de la rubrique Hobby est comparable à la rubrique précédente. Il est de donner des indications sur vos goûts et intérêts, d’apporter un éclairage sur ce qui peut constituer des éléments de votre vie personnelle et à ce titre éclairer le recruteur sur vos motivations.

Il faut vraiment, de mon point de vue et comme pour la rubrique précédente, considérer cette rubrique comme optionnelle et ne pas vouloir à toutes fins y mettre quelque chose. Soit vous avez effectivement une passion, qui constitue un fait marquant et valorisant pour vous, auquel cas pourquoi ne pas en faire état, soit vous n’avez rien de particulier à y mettre et alors il vaut mieux s’abstenir.

Contenu :

Les hobbies sont des occupations extra-professionnelles significatives qui peuvent servir à caractériser vos goûts, intérêts et motivations. Ils peuvent également donner des indications à votre lecteur sur votre culture générale.

Difficile d’établir la liste des centres d’intérêt ou des passions possibles qui peuvent figurer dans un CV : depuis l’exercice ou l’écoute de la musique, en passant par toutes les collections possibles et imaginables, les différentes formes d’art… La mention des voyages, lorsqu’ils sont suffisamment significatifs en termes de fréquence et de durée, va donner des indications sur votre ouverture culturelle et votre niveau linguistique.

Là encore, le plus important est de vous poser deux questions :
– Est-ce que cette mention valorise ma candidature ?
– Est-ce un élément suffisamment significatif de ma vie, de ma personnalité pour mériter une mention ?

Les erreurs à ne pas commettre :

Il vaut mieux ne rien mettre plutôt que de mettre des banalités. Les indications du type : lecture, cinéma, voyage, ne sont pas suffisamment significatives pour qu’elles méritent une mention dans votre CV. Tout le monde ou presque lit, va au cinéma et voyage de temps en temps. Ne pas être prêt à répondre aux questions qui pourraient être posées sur le sujet se retournera contre vous au cours de l’entretien.

Le point de vue du recruteur :

Je trouve toujours extrêmement intéressante cette partie du CV et c’est souvent l’une des rubriques que je regarde en premier après la formation initiale. Cela peut donner des indications sur les motivations, les goûts et les intérêts. Cela indique l’ouverture d’esprit de la personne que je vais rencontrer ensuite. En revanche, attention, j’interroge toujours les candidats sur cette partie et j’ai parfois des surprises, comme des personnes qui se disent passionnées par la littérature et qui après quelques questions ne connaissent aucun des grands classiques ou qui s’avèrent n’avoir rien lu depuis plusieurs mois… Cela ne donne pas tellement confiance sur la véracité du reste du CV ou des propos tenus au cours de l’entretien.

La notion de compétence reste une notion très à la mode. Son principal intérêt est qu’elle permet, fort justement, de constater que ce qui conduit à un moment donné à « être capable de » quelque chose ne résulte pas seulement d’un apprentissage scolaire ou d’une formation professionnelle continue. La notion de compétence permet de reconnaître la confrontation aux expériences de sa vie professionnelle voire de la vie tout simplement comme les principaux éléments de constitution du professionnalisme.

C’est au travers de ses réussites, mais également de ses échecs, que l’on constitue ses capacités à faire, à réaliser. Cette reconnaissance modifie la manière dont on regarde les parcours professionnels des uns et des autres et augmente le poids de l’expérience en regard de la formation initiale. Tandis qu’en France le poids de la formation initiale, et même du choix de l’école, est excessivement important, la prise en compte au bon niveau de l’expérience acquise est un élément important tant du point de vue des individus que de celui de l’efficience des organisations.

Les termes, utilisés pour qualifier la notion de compétence (savoir, savoir-faire, savoir être), sont donc une composition de cet ensemble d’éléments qui permettent de décrire ce que vous êtes capable de réaliser dans une situation donnée. À titre d’exemple, la compétence négociation va nécessiter des connaissances « théoriques » dans le domaine dans lequel on souhaite exercer son art, des comportements d’écoute, d’empathie, de conviction et d’argumentation, et la confrontation à des expériences de négociation.

Il s’agit donc pour vous de faire un point exhaustif sur ce que vous savez faire au sens large. Tandis que vous avez noté vos acquis professionnels et vos compétences en relation avec chacune de vos expériences, cet exercice vous propose de le faire de manière transversale à l’ensemble de votre parcours professionnel et formatif.

Vous en tirerez ainsi la « substantifique moelle » de votre expérience et en dégagerez les éléments de cohérence. Vous en extrairez ensuite les éléments que vous allez valoriser de manière plus importante dans votre CV et qui constitueront le cœur de votre argumentaire au cours des entretiens et pour toutes les questions qui porteront sur ce que vous allez apporter à l’organisation que vous projetez d’intégrer.

Dans quelles circonstances rencontrerez-vous ce type d’entretien ?

Comme le titre l’indique, vous serez, dans ce type d’entretien, avec un groupe de candidats. Cette procédure de recrutement est surtout utilisée pour des postes de cadres débutants ou de middle management.

L’entretien de groupe peut être utilisé pour différentes raisons :

• ‑L’observation des candidats dans une situation de groupe est utile sur le plan de ce que l’on cherche à évaluer dans la procédure de recrutement. On considère par exemple que votre capacité à travailler en groupe, votre leadership, vos qualités sociales sont importantes pour le poste.

• ‑L’entretien de groupe est utilisé pour départager des candidats dans un souci d’économie de temps et de moyens pour les recruteurs. C’est le cas lorsque les recruteurs sont confrontés à un afflux important de candidatures équivalentes, que le curriculum vitae seul ne permet pas de départager.

Quelles en sont les spécificités ?

Dans un entretien de groupe, vous serez parmi un groupe de huit à douze candidats. À l’issue de l’entretien ne seront retenues que deux ou trois personnes qui passeront alors un ou plusieurs entretiens individuels.

Au cours de l’entretien, vous êtes normalement observé par au moins deux personnes. Les observateurs ont souvent une grille d’analyse qui leur permet de coder les comportements, attitudes, arguments qu’ils peuvent relever au cours de l’entretien, en fonction des critères de recrutement sur lesquels ils souhaitent se forger une opinion.

Les critères de recrutement utilisés dans ce type d’épreuve peuvent être très différents en fonction du type de poste pou lequel vous postulez. Il n’y a donc pas une seule manière de se préparer à l’entretien de groupe mais il faut, là aussi, tenir compte de ce que l’on sait des critères de recrutement.
Les dimensions suivantes peuvent être évaluées en situation de groupe : évidemment la capacité à travailler en groupe, mais aussi le leadership, la négociation, la participation ou le caractère constructif et de force de proposition, le respect de l’autre…

Étiquettes :

Les objectifs :

Il s’agit de donner au recruteur l’information du niveau de formation le plus élevé que l’on a atteint. L’objectif est évidemment de donner l’information utile sur le lien entre le contenu de sa formation et le poste à pourvoir.

Contenu :

Le contenu de cette rubrique peut paraître de prime abord très simple : énoncer le catalogue des diplômes que l’on a pu obtenir au cours de sa scolarité. Il n’y aurait donc pas de raison de trop réfléchir sur le contenu de cette rubrique et il suffirait de reproduire l’intitulé des titres que l’on a obtenu pour la remplir facilement.

Malheureusement, les choses ne sont pas aussi simples et il faut, y compris sur ce thème, appliquer la fameuse règle d’or n° 1 de l’adaptation. En effet, l’intitulé seul du diplôme, peut être utilement complété de mentions qui vont renforcer l’information à destination des recruteurs.

Si votre diplôme est peu connu, il pourra être intéressant de préciser les principaux contenus du cursus, si votre diplôme comporte des options, il pourra être utile de les préciser.

Le thème de votre mémoire, lorsqu’il peut avoir un lien avec le poste ou apporter des informations sur les compétences et les connaissances que vous avez pu acquérir, sera également une information précieuse pour vos interlocuteurs.

De la même manière, vous pourrez citer le thème de vos rapports de stage lorsqu’ils sont significatifs. Pour les universitaires, la participation à des recherches pourra également trouver sa place dans cette rubrique sous les mentions concernant les diplômes.

Attention à ne pas surestimer la connaissance que peuvent avoir vos interlocuteurs du contenu des diplômes. Tous les recruteurs ou les managers qui examineront votre CV ne sont pas des spécialistes du système éducatif, il peut donc être tout à fait utile de donner des précisions sur les matières qui vous ont été enseignées.

C’est particulièrement vrai pour le cas des jeunes diplômés et des débutants qui pourront y trouver par ailleurs un moyen utile d’enrichir leur CV. Là encore, vous devez donc tenir compte de l’annonce, de ce que vous savez du poste à pourvoir pour adapter le contenu de la rubrique à ce que vous savez, ou ce que vous imaginez des attentes de votre interlocuteur.

Les stages effectués au cours de la formation ne seront pas inscrits dans cette rubrique. Il vaut mieux placer ces éléments dans la partie Expérience professionnelle afin de la renforcer. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des débutants.

Le point de vue du recruteur :

J’ai deux remarques sur ce thème : d’abord je déteste les abréviations qui sous-entendent que tout le monde doit savoir ce que l’on écrit. Y compris pour les grandes écoles, j’apprécie que l’on me mette en toutes lettres l’intitulé de la formation.

Ensuite, il y a les « universitaires » qui détaillent toutes leurs formations depuis le bac en énonçant chacune des étapes de leur formation, ce que je trouve dans 80 % des cas superflu. Lorsque les personnes ont suivi la même filière depuis la première année jusqu’au DESS, les options de la maîtrise et l’intitulé du DESS me suffisent, inutile de me parler de la licence et du DEUG en plus.

Dès l’entrée en matière, montrez que vous connaissez l’entreprise et ses activités. C’est le meilleur moyen d’accrocher votre lecteur.

Exemples :

Je me suis intéressé récemment aux entreprises leaders sur le marché du jouet. Toys R’Us fait figure d’entreprise de pointe dans ce secteur.

Ou bien :

J’ai été particulièrement intrigué par la présentation de votre nouveau système de distribution, rapportée dans Les Echos du mois dernier. Je suis persuadé qu’il s’agit d’une idée tout à fait novatrice.

Ou encore :

Professionnelle confirmée du marketing opérationnel des produits industriels, mon expérience de quatorze ans dans ce domaine m’a permis d’aborder tous les aspects du marketing-mix de la robinetterie industrielle…

Vous pouvez jouer sur une spécificité de l’entreprise : son image de marque, ses produits, son expansion, sa politique interne.

Dès le premier paragraphe, laissez entendre que vous connaissez les besoins ou les objectifs de la société :

Mon expérience de directeur financier de la Dijonnaise des Vins devrait intéresser l’entreprise que vous dirigez, compte tenu, notamment, de votre volonté de contrôler les flux de trésorerie de Vino-France.

J’ai obtenu – et analysé – votre plaquette de présentation. L’adéquation entre la clientèle potentielle (salon du prêt-à-porter) et la rédaction particulièrement soignée de votre présentation me laissent à penser que le vecteur salons est aujourd’hui un axe important de votre stratégie.

Mais je peux vous aider à faire mieux encore.

Ou encore :

Une étude préliminaire de votre entreprise m’a permis de constater que vous êtes engagés dans la mise en œuvre de projets d’engineering et de démarrage de chantiers de grande envergure dans le domaine du traitement des déchets. Or je m’intéresse particulièrement au travail que vous effectuez sur la purification de sites…

Il s’agit de décrire au cours de cette partie les principales étapes de votre formation initiale. Vous réfléchirez également à la motivation de vos choix de formation et d’orientation. Certains éléments de cette rubrique seront reproduits dans votre CV. D’autres éléments ne figureront pas en toutes lettres dans votre CV, mais vous seront utiles pour les entretiens de recrutement ou de mobilité que vous passerez. Outre le contenu de vos titres et diplômes, préparez-vous également à répondre, en particulier si vous êtes sorti récemment du système éducatif, sur les raisons de vos choix en matière d’orientation.

Quelles sont les grandes étapes de ma formation initiale ? (études suivies, diplômes obtenus, écoles…). Vous noterez ici l’ensemble de vos titres et diplômes, même si vous n’en reproduirez qu’une seule partie dans vos CV.

…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Comment se sont effectués les choix de mes orientations en termes de formation et d’études ? (Gardez en tête ces éléments de choix qui pourront également éclairer plus loin l’analyse de vos motivations.)

…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Quels sont les stages que j’ai pu effectuer au cours de ma formation ?

…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Quels types de travaux marquants ai-je réalisé au cours de mes études? (participation à des recherches, réalisation de travaux remarquables, publications, mémoires, thèses…).

…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Comment caractériseriez-vous les éléments essentiels (en termes de connaissances, de compétences) que vous pourriez retenir comme des acquis de votre formation initiale ?

…………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………

Avant de voir comment se préparer, tâchons d’abord de bien cerner pourquoi il est important d’être prêt pour votre prochain entretien. Tout en sachant que le fait d’être préparé à l’entretien de recrutement n’est pas une condition suffisante (même si elle est nécessaire) pour obtenir le job que vous recherchez. De nombreux autres éléments, indépendants de vos qualités personnelles, vont également intervenir dans la prise de décision : la situation de l’emploi dans votre métier, le nombre des autres candidats de qualité équivalente, tous les biais du recrutement que nous verrons plus loin.

En revanche, le fait de ne pas y penser, de ne pas y consacrer le temps suffisant ne vous permet pas de mettre tous les atouts de votre côté. Si vous ne pouvez pas avoir, dans ce domaine, une obligation de résultats – la décision n’est pas de votre ressort –, vous avez une obligation de moyens. La raison essentielle pour laquelle il est important de se préparer est que vous êtes rarement le seul candidat à postuler ! Et même si au stade de l’entretien le nombre de candidats est restreint, il peut encore atteindre une dizaine de personnes. S’il n’y a qu’un seul poste, cela signifie que neuf personnes ne seront pas retenues. Il est donc indispensable de mettre toutes les chances de votre côté, et une bonne préparation pourra largement vous y aider.

La préparation à l’entretien ne vous donnera pas l’expérience qu’il vous manque, ne vous changera pas de sexe, ne vous rajeunira pas. Les stéréotypes de vos futurs interviewers ne vont pas tomber soudainement lorsque vous arriverez. La préparation à l’entretien doit, cependant, vous permettre de savoir vous présenter sous votre meilleur jour.

Il ne s’agit pas de faire de vous quelqu’un d’autre pour la durée de l’entretien, la supercherie risquerait de ne pas passer la période d’essai. Il s’agit plutôt d’être soi-même, conscient de ses qualités, de ses points faibles, de ses expériences, de ses réussites et de ses échecs, de sa vie personnelle et de son trajet. Conscient également de l’image que l’on donne de soi et de l’écart entre l’image que l’on a de soi-même et celle qui est perçue par nos interlocuteurs.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.